21 jours pour ressentir à nouveau de la gratitude dans sa vie!

Partager l'article
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Salut à toi, explorateur des états d’âme!

Je te propose de suivre le challenge que j’ai décidé de me lancer, pour remettre une nouvelle dynamique dans ma vie.

Avec le stress du quotidien, sachant que je me lève autour de 5h – 5h30 pour me préparer à partir travailler à l’école (je suis enseignante, au moment où j’écris ces lignes), que je rentre crevée, que j’ai encore des “devoirs” à faire à la maison, préparer mes cours ou compléter la formation que je suis en parallèle, m’occuper de la maison…

Ne jamais m’arrêter!

Tu connais ça, aussi?

On court dans tous les sens et on en oublie de se poser.

On s’épuise, on a du mal à vivre sans être inquiet ou sans anxiété pour aborder la vie quotidienne.

On en oublie de se sentir bien, là où nous sommes.

On en oublie de savourer ce que nous pourrions avoir de bon dans notre vie.

Pas le temps de méditer, me lever à 5h30 du mat’ c’est déjà dépasser ma limite de train de vie tolérable!

N’empêche que méditer, quand on arrive à se poser, ça fait du bien.

Sauf qu’il y a mon problème n°1: je n’ai aucune discipline.

J’ai du mal à tenir un rythme, s’il faut que je pense chaque jour à venir simplement m’asseoir devant mon autel…

Mais vlà-t’y pas que je tombe sur ce challenge!

Voilà que le M’sieur Deepak Choprah propose un challenge de 21 jours pour raviver la gratitude dans notre vie, pour lui donner une dimension plus profonde, pour reconnecter avec l’abondance et la grâce.

  • Il propose chaque jour une réflexion, qu’il développe pour nous faire comprendre le propos du jour.
  • Il enchaine ensuite avec la phrase du jour, puis il nous propose le mantra du jour, sur lequel focaliser notre attention pendant les 10-15minutes de méditations silencieuses qui suivent ses explications.

 

Nous sommes des êtres qui possédons la faculté de conscience et d’Amour.

Mais le rythme effréné de nos vies et les aléas du quotidien nous amènent à passer à côté de ces états d’être élevés, qui sont pourtant bien là, en nous

Mais que nous avons bien du mal à aller connecter quand on se prend le bec avec quelqu’un au boulot ou quand on se sent incompris par des proches, voire quand on se sent victime d’une injustice, au sein même de notre famille!

Expérimenter la gratitude est une sensation absolument apaisante, et nourrissante!

Pour celui qui l’a déjà ressenti consciemment, il est clair que c’est une clef pour accéder à un changement d’état d’esprit (d’état d’âme).

Mais méditer sur la gratitude, au cours d’une pratique constante, ça pourrait ouvrir complètement de nouvelles perspectives!

Pour en faire soi même l’expérience, réellement, il faut pouvoir se lancer dans cette pratique avec régularité! Et ça, mooon Dieu ce que j’ai du mal !

 

Pourtant, c’est dans la régularité que l’on fait des connexions neuronales solides, que l’on entraine puissamment de nouveaux états de vie et de conscience, tellement bénéfiques pour notre santé et pour notre esprit!

Alors c’est parti, je vous invite à me suivre dans ces 21 jours, pour expérimenter avec moi ce qui ressort de ce challenge.

Sera t-il bénéfique?
Vais-je apprendre des choses?
Vais-je tenir?

Et vous, avez-vous déjà fait un tel challenge?

 

Jour 1 : “Le chemin vers la grâce” commence

J’ai commencé la 1ere journée avec la possibilité de me lever plus tard que les autres jours de la semaine.

D’habitude, pour me lever et partir à l’heure pour le taf, je me lève à 5h20 maximum, mais le lundi, je commence plus tard, alors je peux me lever à 8h.

 

Motivation ?

J’ai vraiment très envie de me remettre à méditer, alors que j’ai complètement arrêté, depuis que j’ai commencé à bosser : j’ai donné toute mon énergie à survivre à ce nouveau rythme incroyablement différent de ce que je vis depuis presque 5 ans !

Jusque-là, je me levais difficilement avant 9-10h, parfois plus tard et exceptionnellement plus tôt. Chaque fois que je me levais avant 9h, c’était pour moi une célébration de ma “badassitude de lève tôt!

Mais ayant des projets de vie et la motivation de les voir aboutir, j’ai ressenti le besoin pressant d’être plus productive, en commençant par me prouver que j’étais capable de me lever facilement avant 9h, tous les matins.

“No problemo”, m’a répondu l’Univers, “Prends donc ce taf et apprends à te lever tôt”…Vraiment tôt ! 5h, j’avais jamais fait, quand même.

Enfin si, j’ai expérimenté le lever à 4h, pendant une retraite de 10 jours de Vipassana.

Et j’avoue que j’avais aimé ça, j’avais même réussi à faire perdurer le rythme pendant quelques semaines après la retraite.

Mais il a suffi de faire une fête avec les amis, à l’occasion du Holi festival, au Népal, pour casser le rythme, aller me coucher à pas d’heure et me lever en milieu d’aprèm. Rechute, c’était fichu !

Donc me voici, après avoir pris l’habitude de me réveiller tranquillement, sans réveil, pendant 4 années…

Me voici à apprendre ce que c’est que de se lever tôt : je considère maintenant que 8h du matin c’est une grasse mat’ !

Si on m’avais dit ça 1 mois plus tôt, je n’y aurais jamais cru…

 

Comment je vais mettre en place ce nouveau rituel quotidien??

Aujourd’hui, donc, contrairement aux autres jours de la semaine, je peux commencer plus tard. Je me lève habituellement vers 8h, comme je disais plus haut.

J’ai donc démarré ma journée à 7H30 plutôt que 8h, pour consacrer 30 minutes à la méditation.

Et je me suis dit que je commencerais bien par me préparer, comme ça, une fois prête, je n’aurais plus qu’à penser à la méditation, l’esprit en paix.

Mais ce ne fut pas une bonne idée du tout : me sentant relax dans le timing, j’ai pris un peu trop mon temps.

Une fois “quasi prête mais pas complètement”, il me restait 30 minutes pour aller méditer et quitter la maison à l’aise, sans risquer le retard.

Je démarre la méditation, j’écoute les instructions, c’est apaisant, mais la méditation en elle-même ne commence pas tout de suite.

Je me concentre et me connecte aux propositions et à la phrase du jour; la méditation est sur le point de commencer… Et je commence à penser au temps qu’il me reste !

 

La méditation commence, je suis les instructions, d’abord quelque chose de sympa se passe

Puis je repense au temps qu’il me reste et à ce qu’il me reste à faire avant de partir !

En théorie, ce que j’ai à faire et qui ne quitte pas mon esprit peut être vite fait, mais je me mets à avoir peur que ça ne prenne plus de temps que prévu !

…Alors je quitte mon état de paix et je m’en vais accomplir mes dernières tâches, pour avoir l’esprit vraiment tranquille…

Je reviens et il reste deux minutes… Bon…

Je ferai mieux demain!

Je remercie et salue intérieurement, en accueillant ce qu’il s’est passé, ce qui a été et ce que j’en ai appris.

 

La méditation et la phrase du jour

 

Avant de me sentir agitée par les pensées de tâches à terminer, j’ai ressenti cette paix de revenir enfin vers moi, dans mon silence intérieur.

La phrase du jour était “Quand j’éprouve de la gratitude, je trouve ma grâce.

Deepak Chopra nous propose de nous concentrer sur un mantra et celui du jour est: “Dhanya Vad.”

Il signifie “Merci”. C’est ce que l’on répond en Inde ou au Népal, pour dire merci, tout simplement.

 

… Ça fait sens comme mantra, pour commencer un challenge de 21 jours sur la gratitude!

 

Premier cadeau de la Vie… Selon les points de vues…?

 

Je suis rentrée tard du taf et à peine me suis-je installée pour écrire quelques lignes de plus à cet article, que l’on frappe à la porte.

Je vais ouvrir, c’est mon voisin avec…Un chaton dans les bras ! Muooooh ! Craquage !

Il me le met dans les bras ou peut être est-ce moi qui tend les mains, en tout cas me voici avec un adorable chaton un peu siamois aux yeux bleus.

Il l’a appelée « Félicie ». Félicité, petit bonheur ! Selon le dictionnaire, c’est même “bonheur calme et durable”. Ça a l’air de bon augure tout ça, non?

Il faut dire que j’ai commencé ces méditations avec une intention : m’ouvrir à l’abondance de la vie encore un peu plus, pour m’offrir d’accueillir un enfant dans notre vie, à mon compagnon et moi.

Pas mal de choses ont travaillé en moi, deux fausses couches et la sensation de quelque chose de bloqué au niveau de l’idée de “donner la vie”/ “nourrir la vie”.

Alors oui, c’est certainement un bon signe de recevoir un bébé, chat pour commencer, au tout premier jour de ces 21 jours de méditations de gratitude !

… faut voir si mon amoureux est du même point de vue, lui qui m’avait déjà bien calmée à l’idée d’avoir un chat !

Il semble l’avoir accepté, plus ou moins, mais pas avec le même enthousiasme que moi… Pour l’instant hehe !

 

Jour 2: Reconnaitre ce qui est déjà là

Mise en pratique

Je me suis réveillée deux fois cette nuit, une première vers 2h30 et une deuxième vers 4h30.

La première fois, j’ai eu du mal à me rendormir, parce que je n’entendais pas le chaton, ce qui m’a amenée à paranoïer sur le fait qu’elle était peut être morte, dans un coin… Elle est toute petite et il fait froid chez moi, la nuit!

Mais c’est un chat, il n’y a pas de raison… Alors je me suis rendormie en me forçant à faire confiance et à laisser s’en aller ces idées morbides.

La deuxième fois, je me suis réveillée en entendant que Félicie était bien vivante… Et sautillante ! Impossible de me rendormir, elle fait tomber des trucs, ne reste pas en place… Je décide donc de me lever et la la prendre dans les bras pour qu’on aille méditer, elle et moi!

J’ai appris hier qu’il valait mieux commencer par la méditation, avant toute autre chose.

C’est donc ce que j’ai fait.

Et c’est très clair, on est plus serein pour méditer… Même avec un chaton ronronnant dans les bras.

 

La méditation et la phrase du jour

Pour cette deuxième journée, la phrase est “Toute chose bonne amène de la gratitude”.

Aujourd’hui, on commence par amener à l’esprit 3 éléments pour lesquelles nous avons de la gratitude, dans notre vie.

On va amener le 1er élément et éprouver cette gratitude, une gratitude qui fait sourire.

On va ensuite imaginer que cet être (ou situation, ou tout ce qui a pu nous apparaitre comme élément naturel, vivant ou autre), nous sourit en retour.

Le plus important est la sensation, l’émotion.

On va recréer cela avec les deux éléments suivants.

Pour moi, penser à mon compagnon est source de grande gratitude.

Un homme qui est présent pour moi et pour qui j’ai envie d’être présente, un être qui est apparu dans ma vie, de manière récurrente, pour être un partenaire d’évolution et d’apprentissage, une relation basée sur le surcroit de bien et d’Amour mutuel. 

Je ressens une grande reconnaissance et une joie paisible en pensant à lui.

Je pense encore à la nature, si belle autour de moi.

Je pense au petit chat qui m’a été confié, à ce que je vais apprendre de cette nouvelle relation…

 

Ensuite, débute la méditation.

Il s’agira de répéter silencieusement le mantra Kripa Hum qui veut dire “Je suis la Gratitude”.

Mais je n’ai pas tellement connecté à ce mantra, ça n’a pas été spectaculaire.

Le mantra est censé nous faire expérimenter notre faculté à donner et à recevoir les bénédictions.

C’est beau, c’est vrai. Mais à ce moment là, il ne fait pas sens pour moi.

La sensation de gratitude peut, pour moi, être recréée à partir du cœur, en me concentrant sur tout ce qui peut être considéré comme une bénédiction dans ma vie. Mais moins à partir de ce mantra. C’est peut-être trop mental pour ce matin ?

On est invité à recommencer le processus de ressentir de la gratitude pour les choses que l’on vit dans la journée.

En essayant de se répéter souvent la phrase « Toute chose bonne amène de la gratitude ».

Quand on se connecte à cette sensation, ça ouvre quelque chose au niveau du cœur, ça rayonne, au moins pour un instant, dans tout notre être.

C’est cet instant qui peut tout changer, dans une journée : sur quelle note on commence notre journée, avec quel état d’esprit on choisit de voir les choses qui nous arrivent, comment on gère les émotions que nous sommes amenés à rencontrer, à savoir rester dans de la lourdeur ou tenter un switch ?

Ça peut ne prendre qu’1 minute, qu’1 seconde. Juste le temps de reconnecter à quelque chose de bon et de beau qui existe déjà, là, dans notre vie et pouf ! La lourdeur s’allège !

 

La leçon du jour

 

La leçon du jour m’est enseignée à travers le chaton que j’ai reçu la veille, pour le 1er jour de ce “pèlerinage” de méditation.

En fait, j’ai la sensation que ce petit chat me permet déjà au moins une chose : expérimenter que je suis capable de faire plusieurs choses à la fois, dès très tôt du matin, c’est-à-dire prendre soin de moi et de mes intentions, tout en prenant soin de lui.

Moi qui me voyait incapable de gérer quelqu’un d’autre que moi si je dois me lever à 5h, eh bien voilà qui est réfuté ! Next step, un bébé humain ?

En tout cas, au niveau de ma perception de ce qui est envisageable ou qui serait trop de sacrifice, je crois que ça bouge, là !

 

 

Jour 3: Éveiller l’énergie de la gratitude

 

Perturbations

Du mal à entrer dans la méditation.

Du mal à lâcher prise un certain sentiment de frustration : le chat risque de devoir trouver un autre foyer, parce qu’il a fait pipi sur notre lit et que mon amoureux n’était déjà pas très chaud au départ, mais là, ça a rendu la situation assez critique

Et je le prends pour moi, parce qu’un animal, ça ne se contrôle pas, mais j’aimerais pouvoir y trouver une solution et que je n’en trouve pas.

Je suis désolée pour mon chéri et désolée pour le chat.

Comme la vie semble faire les choses bien, synchro et tout, aujourd’hui, il nous est proposé de penser au fait que lorsque nous sommes dans des émotions pénibles, quand on se sent irrité ou quand nous sommes stressés ou épuisé, il nous est difficile d’éprouver de la gratitude.

Se forcer, ça sonne faux, il n’y a aucune énergie à donner dans la gratitude, quand on est là-dedans !

Du coup, il faut essayer de passer par la réjouissance du cœur.

Mais ça veut dire quoi?

Comment on fait ça, quand on est troublé?

Il s’agit de commencer par prendre le temps de ressentir la réjouissance du cœur, de se laisser ce temps.

Se laisser d’abord être dans des émotions peu confortables, sans chercher à les nourrir, mais sans chercher à lutter contre, non plus.

Quand on parvientpasser par la réjouissance du cœur“, ça recharge nos batteries et nous permet de recommencer à éprouver de la gratitude.

 

Quelle applications durant la journée?

Aujourd’hui a été une journée difficile.

Épuisée par mon rythme effréné et par des élèves excités par les vacances qui approchent, j’ai eu bieeeen du mal à me connecter à la gratitude.

J’étais plutôt dans l’énervement et l’observation de cet état intérieur.

Même trop fatiguée pour être en colère, je me sentais plutôt lasse…

En rentrant à la maison, mon compagnon m’apprend que le petit chat est parti. Et ce n’est même pas lui qui l’a viré, le chat est parti tout seul!

Il l’a suivi dehors et il est parti se promener… Mais n’est pas revenu !

Du coup, je me sens entre acceptation que le chat ait décidé de partir faire sa vie et déception que l’histoire s’arrête déjà là…

Le soir est arrivé et on se met à table. On a laissé la porte entre ouverte, mais on n’y croit plus.

Au cours du repas, le chaton réapparait, miaulant à la porte !

Mon cœur se réjouit doucement et la gratitude revient, doucement également, par-dessus la fatigue.

 

La leçon du jour

Gratitude de revoir apparaitre le chaton, mais aussi, gratitude pour mon attitude sans débordement d’émotion, dans la douceur et l’observation de tout ce qui m’a traversé.

Je reçois un cadeau en forme de boule d’affection, en réponse à l’affection que je me porte pour l’état que j’ai à traverser et que j’expérimente avec courage et soutien.

Être une nouvelle enseignante pour des jeunes qui n’ont pas envie d’être là peut être une source d’épuisement moral, en plus de l’épuisement physique.

On aimerait faire de son mieux, on aimerait transmettre des choses, on aimerait ne jamais être obligé d’entrer dans des états d’énervement.

Mais je reçois le soutien de mon compagnon, le soutien de ma mère, présente ce jour-là, le soutien de mon amie Corine qui me téléphone ce même jour… Le “hasard” semble encore une fois faire bien les choses…

Je ressens le soutien de l’Univers.

 

Gratitude.

Ananda Hum“. Je suis Béatitude. Je suis la réalisation. Je suis la félicité. Voilà ma Vraie Nature. Oui d’ailleurs, c’était ça le mantra du jour!

En tout cas, je laisse résonner ça dans mon cœur, tandis que je finis de taper ces lignes et que j’emporte dans mon lit les effluves des expériences du jour…

Anaïs H.

A propos de Anaïs H.

1 commentaire

  • Bonjour Anais,

    J’ai lu jusqu’à la fin de l’introduction (avant jour 1).

    Je recommande clairement la gratitude car elle a changé ma vie !!

    Avant, j’étais dans le perfectionnisme, l’exigence. Aujourd’hui je suis dans le moment présent. Je profite de chaque instant sans attente Cela permet d’être toujours agréablement surpris et serein.

    Je reconnais la chance que j’ai (on a tous de la chance) et j’avance avec désir et gratitude.

    J’ai réalisé un défi gratitude, pendant 1 mois sur mon blog.
    J’espère que vous êtes contente de la progression de votre défi ( je ne sais pas où vous en êtes )

    A bientôt,

    Julien
    https://vos-objectifs-ma-priorite.fr/

Laissez un commentaire

justo et, accumsan suscipit eget mattis Donec sem, consectetur dolor. dapibus
%d blogueurs aiment cette page :