Partager l'article
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Jour 14 : La gratitude porte la compassion

 

Encore un jour où j’ai eu envie de faire des tas de choses, mais pas de me poser en premier lieu devant mon autel !

Mais en fin de journée, enfin, je viens m’asseoir et respirer.

Et aujourd’hui, ça parle du jugement et de l’opposé du jugement.

Comment laisser aller notre jugement envers les fautes d’une personne ?

La phrase du jour dit : “Quand je ne juge personne, je vois toute personne avec gentillesse”…

Ok, mais on fait comment ?

Quand quelqu’un nous a réellement blessé ou super-saoulé, comment fait-on pour ne pas la juger ?

(Est-ce que le jugement est mauvais, d’ailleurs ? Je ferais peut-être bien un article sur la question !)

En attendant, les idées que j’aime bien, dans ce qui a été dit ici, c’est ceci :

  • Notre égo/mental adore avoir raison ! Quand on décide que l’on a raison, c’est donc que l’autre à tort… Mais si nous avons deux visions différentes, l’autre nous juge aussi durement que nous le faisons nous-même envers lui…> Le jugement, donc, sépare et oppose.
  • La gratitude ne permet pas de juger… Difficile d’éprouver de la gratitude et du jugement en même temps. M’sieur Deepak propose une technique magique :
    > visualisez le visage de la personne puis une fois le visage très présent à l’esprit, imaginez-vous êtes son père ou sa mère.> Dites-lui ce que vous voulez lui dire; cela viendra avec la bienveillance d’un parent, qui sait être clair, critique, mais qui ne renonce pas à l’affection envers l’enfant, qui sait éprouver de l’Amour et de la gratitude pour sa naissance, etc.> Passer un savon à son enfant ne nous empêche pas de l’aimer !

    > La pire faute d’une personne pourrait nous inspirer l’envie de l’aider, plutôt que de le condamner.

    C’est un changement d’angle de vue et d’attitude dans l’approche de ce qui a pu se passer…

  • Il parle encore de pardon, de compassionMais surtout de ceci :quand on arrête de juger les autres, on s’autorise à arrêter de se juger soi-même !

    Et ça, c’est une reprise de liberté incroyable !On peut donc potentiellement voir l’autre avec gentillesse, mais se voir soi-même aussi avec gentillesse !

    Et ça, c’est pas du luxe !

    On est tout le temps entrain de s’en vouloir, de se critiquer, de ne pas s’accepter, de “s’intolérer” (je sais que ça ne se dit pas, mais c’est tellement ce qu’on fait!)…

 

Être doux avec soi-même, arrêter de se punir, s’autoriser les fautes ! Hhhhhhh On respire enfin! Et on lâche un peu les autres, par la même occasion…

 

Le mantra du jour est “Karuna Ham”, qui signifie “je suis compassion”.

Pour tous les êtres vivants.

Les autres et soi-même inclus !

Nous sommes tous connectés, nous sommes des reflets des uns et des autres.

Nous méritons la même compassion, les autres comme soi-même et vice versa !

 

Jour 15 : Voir la vision d’ensemble, faire partie de la vision globale

 

Aujourd’hui, je décide de me relancer dès le matin.

Pas à 5h du mat’, je peux dormir cette semaine, c’est congé !

Mais je reprends la bonne habitude de commencer par la méditation

Après, je dois avouer que j’ai tant et tant à faire, que j’ai tellement de choses à l’esprit, que j’ai l’impression de ne pas m’être approprié la méditation du jour.

Je me suis posée, ça m’a fait du bien, mais pas sure d’avoir ancré quoique ce soit avec ma propre expérience.

Alors je vais écrire en résumant la “théorie” qui a fait sens pour moi, au minimum !
Je vous préviens, c’est quasiment de la transcription, à partir de l’enregistrement de la méditation du jour…

J’espère que ça fera sens pour vous!

 

Quelques idées en vrac:

J’aime bien l’idée du jour : pas besoin d’être un sage, un saint, un maître spirituel ou un ermite, pour pouvoir vivre la “grâce”, parce qu’il s’agit en fait de l’état naturel des êtres vivants.

Cela demande d’être des êtres complets.

C’est un chemin, une évolution vers notre complétude.

Mais ce n’est pas quelque chose que nous devrions devenir de manière idéale, puisqu’il s’agit déjà de notre vraie nature !

La grâce est partout, il faut redevenir capable de la vivre, de s’y aligner.

Cette semaine (on est lundi au moment où j’écoute la méditation guidée),  on va se focaliser sur un sujet surtout : si nous sommes complets, la grâce pourra nous remplir comme l’eau emplit une jarre sans trous.

M’sieur Chopra nous parle de notre histoire personnelle, qui fait partie d’un ensemble plus grand:

nous sommes invités à faire partie de la vision globale, à comprendre comme notre histoire personnelle est une part du tableau global.

La question qui nous est posée et à laquelle il veut nous aider à répondre est “comment vivre avec toutes les vérités que nous avons vues jusque-là ?”

Nous avons exploré le fait que tout est interconnecté, senti comme la nature est prête à donner tout ce qu’elle a, compris que la grâce existe partout, à chaque moment.

C’est en fait l’attitude qui compte, avant de savoir « comment » faire.

La générosité du cœur reflète la grâce.

On est ouvert à tous, on voit l’autre avec bonté plutôt qu’avec criticisme et jugement. On cherche à montrer notre appréciation.

Cela ne fait pas de nous un saint mais quelqu’un qui sait que la grâce existe.

 

Il suffit d’écouter la petite voix intérieur qui nous fait ressentir qu’il serait bon d’agir, de montrer notre soutien, de poser un acte ou de dire un mot gentil.

 

Il s’agit d’incarner la grâce, qui est la façon de vivre la plus complète qui soit.

 

La phrase du jour disait justement:

“En vivant ma complétude, je deviens complet”

Et le mantra, “Om Purnam Idam“, affirme que nous sommes complet et entier déjà  à l’intérieur de nous même.

Notre vrai Soi est complet, entier, abondant, de manière aussi inhérente que l’est la nature elle-même.

Et cela EST, parce que tout est conscience.

Il n’y a qu’une seule conscience, le dedans et le dehors, l’intérieur et l’extérieur, ne sont qu’un angle de vue différent d’une même réalité.

Alors quand je sais que ma vraie nature est abondance, pleine et entière et que je sais que la nature est abondance, pleine et entière, alors JE SAIS, il n’y a que la grâce!

 

Jour 16 : Le secret caché de l’Être

 

Je suis en pleine écoute de l’explication du thème du jour.

Mon mental au taquet, je cherche à bien percuter, à ne pas en perdre une miette, pour pouvoir vous retranscrire ensuite ce que j’ai compris…

Mais je dois dire que je m’embrouille un peu, entre la version anglophone de M’sieur Deeprak et la traduction francophone.

Au moment de réciter le mantra, qui signifie que “mon vrai Moi n’a aucune limite ni barrière”, “Ananta Swa Bava”, après avoir eu un peu de mal à me concentrer, je reviens à mon ressenti de ce principe.

Pas sur la compréhension mentale.

Et là, je percute, je vois et je sens à quel point mon être n’a ni limite ni frontières !

Et soudain, alors que j’avais l’impression de ne pas être capable de résumer la théorie transmise, parce que je n’avais pas assez bien analysé, je me sens comme revenir dans une claire conscience, une sensation d’alignement et de détente intérieur et spontanément, des bribes de ce qui avait été dit me reviennent en mémoire et font des connexions !

Moi qui pensais ne rien avoir retenu !

 

Et ce qui connecte c’est ceci : la possibilité de ressentir que ce sentiment d’expansion existe en nous d’abord.

 

De quoi parle-t-on ?

Eh bien on parle d’un sentiment d’Amour, de Beauté ou encore d’un sentiment d’émerveillement, qui peut se produire spontanément au cours d’une rencontre avec quelqu’un, d’un échange ou d’une promenade dans un lieu inspirant, dans un coin de la nature comme une forêt ou une montagne, etc.

Cet Amour et cet émerveillement ne se trouvent pas dans le paysage que l’on voit, c’est bel et bien une qualité, une faculté de notre âme qui existe en nous.

Et nous pouvons aller réveiller ces sensations, en y mettant de la conscience.

 

Écho à la psychologie trans-personnelle

Tout ça, c’est aussi ce que j’étudie au cours de ma formation en psychologie trans-personnelle.

 

Qui Je Suis réellement, c’est cette conscience qui possède les dons d’Amour, la faculté de ressentir la Beauté et l’émerveillement, c’est un état Divin qui est la réalité la plus profonde, derrière toutes les apparences…

 

Lorsque l’on éprouve ce type de sensations et que l’on peut y mettre de la conscience, on peut en éprouver de la gratitude, pour ce qui est là en nous et qui nous offre la liberté de cheminer toujours plus vers notre Soi réel.

La grâce, qui est mouvement, nous ramène vers notre vrai Moi et nous offre de vivre une vie plus belle, où nous nous ouvrons à plus d’émerveillement, à plus d’Amour et à plus de sens

 

C’est beau comme tout se connecte, quand on lâche prise !

 

La phrase du jour est Chaque jour mon être cherche des nouvelles manières de se développer”, que je trouve un peu moins forte qu’en anglais, qui utilise le mot “expand”, ce qui peut en effet être traduit par “se développer”, mais que j’aurais aimé traduire en “s’expandre” ou “s’accroitre”… Je ne sais pas si vous captez la nuance ni si c’est vraiment important d’ailleurs… C’est juste un “feeling”.

 

Toutes ces sensations ont duré juste un instant, la compréhension a comme fleuri dans mon cœur…

Puis mes pensées sont revenues et c’est le gong de fin qui m’a ramenée à me concentrer ! Oups !

Mais c’est ok, c’est un processus de pas à pas.

 

Même après des années de pratiques et de développement personnel, on continue d’avoir toujours tellement à apprendre.

Alors quand on ne médite pas beaucoup, on peut sembler loin d’être un grand méditant, peu importe, tout ce qui compte c’est l’expérience d’ouverture et d’alignement, même si cela ne dure qu’un instant.

On fait pas la course, on s’entraine !

Ce qui compte, c’est de venir faire l’effort de se poser, d’ouvrir et de se laisser recevoirA chaque fois, juste un petit peu plus !

Anaïs H.

A propos de Anaïs H.

Laissez un commentaire

felis porta. nunc luctus commodo ut venenatis velit, venenatis,
%d blogueurs aiment cette page :